Région des Grands-Lacs : auprès de grandes personnalités, Rose Tuombeane plaide pour les femmes victimes de l’insécurité à l’Est de la RDC

Région des Grands-Lacs : auprès de grandes personnalités, Rose Tuombeane plaide pour les femmes victimes de l’insécurité à l’Est de la RDC

C’était une nouvelle occasion offerte à madame Rose Tuombeane, femme leader et défenseure des droits des femmes, de porter la voix des femmes auprès des instances de prise des décisions de niveau régional. La Coordonnatrice de la Dynamique des Femmes pour la Bonne Gouvernance a touché les cœurs des participants à la a 31ème réunion du Comité d’Appui Technique (CAT) de l’Accord-Cadre de paix, sécurité et coopération pour la République Démocratique du Congo et la Région des Grands Lacs. Ces travaux de haut niveau se sont déroulés à Nairobi, capitale du Kenya du 7 au 8 juillet 2022. Rose Tuombeane qui y a été invité vu sa lutte pour la cause des femmes est satisfaite d’avoir présentés les difficultés auxquelles sont confrontés d’autres femmes qu’elle mais aussi des pistes de sortie de crise, dont la prise en charge des plus vulnérables. Le représentant du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Région des Grands-Lacs a pris un engagement ferme de s’investir dans le dossier.

A Narirobi, Rose Tuombeane rencontre des personnalités venues participer à la 31ème réunion du Comité d’Appui Technique de l’Accord-Cadre de paix pour la RDC et la région.  Prenant la parole en premier lieu, elle a donné son analyse sur les causes lointaines et souvent oubliées de l’insécurité dans la partie Est de la RDC.

« Cette situation de la guerre, je la vis personnellement depuis 1994. C’est d’abord à Lubero où je suis née, puis dans d’autres parties du Grand-Nord et de l’Ituri où nous travaillons alors que j’avais une dizaine d’années. Il s’agit comme vous le savez  d’une  dynamique qui nait après le génocide au Rwanda, un des pays voisins de la RDC et plusieurs faits président à cette triste réalité. D’une part, il y a lieu de noter l’imprudence commise dans l’accueil et surtout tout ce qui concerne la gestion des  réfugiés sur le sol. Il y a, de l’autre part, la violation volontaire et continuelle des textes et autres instruments juridiques de portée internationale ou régionale cadrant avec la gestion. Il y a des liens très étroits entre ce passage historique douloureux et les exactions commises par des groupes des réfugiés dont certains sont armés, mais aussi, il y a lieu de noter aujourd’hui l’impuissance notoire de l’Etat congolais à les mettre hors d’état de nuire ces ennemis de la paix en RDC bien qu’on est toujours sur la soif de les voir être démobilisés », a expliqué Rose Tuombeane au perchoir de la 31 réunion du Comité Appui Technique.

Dans la même intervention, la Coordonnatrice de la DYFEGOU a précisé que la dynamique de l’instabilité sécuritaire s’est rependue très vite dans  d’autres provinces voisines notamment le Sud- Kivu  et l’Ituri  jusqu’aux massacres des civils actuellement vécus dans la région tout en démontrant que les secousses d’ordre économique, humanitaire, social vécues aujourd’hui par des citoyens tout innocents constituent un véritable calvaire et impactent sensiblement sur le tissu social autant que sur les relations entre les pays ainsi que sur la cohabitation pacifique.

Dites la vérité, s’il vous plait !

Cette requête constitue le centre du plaidoyer mené par Rose Tuombeane au cours de sa présentation à la 31ème réunion du Comité d’Appui Technique. Pour cette femme leader, dire la vérité sur les causes, les acteurs et les faits eux-mêmes est une bonne piste de sortie de crise.

« Vous connaissez sûrement la vérité sur les causes, la vérité  sur les des acteurs de différents troubles dans la région et autant sur les récidivistes. Mes compatriotes et moi, particulièrement, nous victimes et témoins directs des affres de cette interminable guerre, sommes convaincus qu’aussi longtemps qu’il n’y aura pas de révélation de la VERITE, il n’y aura jamais de paix ici chez nous. Parce que pour nous, il est évident que c’est la VERITE VRAIE qui conduira à la justice, disons mieux au droit ; c’est cette justice qui conduira à la guérison de blessures des victimes innocentes ainsi qu’au châtiment des auteurs », a-t-elle démontré.

Rose Tuombeane insistte par ailleurs sur le fait que c’est le châtiment réservé aux auteurs de cette calamité  qui conduira  à la repentance et la renonciation d’autres auteurs  cachés ou disons mieux, les tireurs des ficelles.

«…Et, mesdames et messieurs, c’est seulement ce niveau qui conduira au pardon ou à la réconciliation qui, à son tour amènera la paix, pas seulement la paix, mais bien évidemment la PAIX DURABLE », retient-on de son exposé ayant suscité des émotions au sein de l’assistance.

Le calvaire des victimes de l’insécurité

Rose Tuombeane a attiré l’attention des « grands » sur les conséquences de la persistance de l’insécurité dans la partie Est de la RDC.

« Nous avons présenté les chiffres documentés sur les déplacés de guerre, le nombre des victimes des violences sexuelles dues aux conflits armés, le kidnapping des personnes dont des femmes forcées de combattre aux côtés des ennemis ainsi que l’impact économique fait qui plus de victimes. Nous leur avons montré à quel degré c’est préoccupant… », restitue Rose Tuombeane.

Soutenir les femmes déplacées

Rose a chuté par l’invitation au soutien en faveur des femmes déplacées de guerre par des actions d’autonomisation car elles ont déjà abandonné leurs activités de survie et sont devenues dépendantes.

« Les soutenir, c’est les épargner de plusieurs risques dont les violences sexuelles et celles basées sur le genre battent le record dans le milieu de vie de ces femmes en situation de détresse », a-t-elle plaidé.

Du plaidoyer à l’interpellation

Très ému et touché par l’exposé  de Rose Tuombeane, l’envoyé  spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Région des Grands-Lacs a interpellé les Institutions représentées à ces assises de haut niveau.

« Les Nations Unies, l’Union Africaine, la SADEC et la CIRGL ainsi que les États membres à doivent fournir des efforts pour que la souffrance des populations congolaises et particulièrement celles des femmes et des enfants prennent fin. Je promets de m’investir », a conclu cette haute personnalité.

CellCom DYFEGOU

Please follow and like us:
0
fb-share-icon20
20
Pin Share20

dyfegou

Related Posts

Plus de 2 000 jeunes s’engagent à accompagner Rose Tuombeane dans sa vision et lutte pour la paix en RDC

Plus de 2 000 jeunes s’engagent à accompagner Rose Tuombeane dans sa vision et lutte pour la paix en RDC

A son tour, la cellule estudiantine de la DYFEGOU demande aux autorités de mettre fin aux exactions militaires à Butembo

A son tour, la cellule estudiantine de la DYFEGOU demande aux autorités de mettre fin aux exactions militaires à Butembo

Butembo : la DYFEGOU dénonce la zizanie sécuritaire entretenue par les autorités

Butembo : la DYFEGOU dénonce la zizanie sécuritaire entretenue par les autorités

Dossier M23 : pour la DYFEGOU, cette occasion de battre militairement le Rwanda n’est pas à louper…

Dossier M23 : pour la DYFEGOU, cette occasion de battre militairement le Rwanda n’est pas à louper…

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *