Alerte rouge ! Sauvons nos militaires malades positionnés sur la route Mbau-Kamango (DYFEGOU)

Alerte rouge ! Sauvons nos militaires malades positionnés sur la route Mbau-Kamango (DYFEGOU)

Le 24 février 2021, la Dynamique des Femmes pour la Bonne Gouvernance a effectué une descente sur le terrain  dans le territoire de Beni, pour s’imprégner des alertes lui parvenues au sujet de mauvaises conditions de santé dans lesquelles vivent les militaires positionnés sur l’axe Mbau-Kamango. La DYFEGOU a jugé bon de descendre sur le lieu afin de palper des doigts cette réalité d’urgence. Les constats faits sur place sont amers et nécessitent une intervention de la part des autorités locales, provinciales et de leurs partenaires qui sont les organisations non gouvernementales. La population a aussi le devoir d’assister son armée.

A sept heures pille, la Présidente, la Coordonnatrice, la Chargée de la mobilisation et le Chargé de Communication de la DYFEGOU montent à bord d’une voiture  Primo. Une heure et demie après, les membres de la délégation foulent le sol de Beni ville. Ils prennent quelques contacts, s’informent sur la situation sécuritaire du jour et ont la confirmation que tout est calme.

« Il fallait qu’on ait la température du milieu, comme tout est imprévisible dans cette partie du pays. Il est vrai que 8 sur 10 personnes nous demandaient de ne pas fréquenter cet axe vu sa dangerosité. Mais nous avons pris le risque…On est parti et on est arrivé », raconte Rose Tuombeane.

Il fallait prendre les taxis, mais même les conducteurs de motos-taxis ont hésité, eux aussi. Ils craignaient pour leur sécurité sur cet axe tristement célèbre, surnommé « triangle de la mort ». Mais la délégation de la DYFEGOU a bravé cette peur.

« Je ne voyais rien d’effrayant dès lors que j’étais rassurée par la présence de l’armée à chaque un demi-kilomètre. Et ces grandes positions des FARDC, on sait les voir en mesure de repousser l’ennemi dans toutes les conditions. En fait, les gens qui nous demandaient de ne pas y aller ne connaissent pas la réalité actuelle sur cet axe…Il est aussi vrai que les attaques sont imprévues, mais, vu le dispositif militaire en place, rien à craindre », explique Dekila Kavira, chargée de la mobilisation.

Des constats amers

La délégation a visité les points kilométriques PK1 jusqu’au point kilométrique PK20. Cette visite a permis de découvrir des gravités qui font pleurer. Particulièrement aux positions situées sur le PK16, PK17, PK18, PK19, P20, la situation est très alarmante. Des militaires gravement malades sont alités. Ils souffrent de la fièvre typhoïde, des coliques abdominales, d’autres maladies d’origine hydrique ainsi que le paludisme.

« Nous avons ici trop de malades…On va mourir si rien n’est fait pour nous venir en aide », se lamente un militaire suffoquant suite à la malaria.

L’eau est un véritable problème dans les positions situées entre les PK16 et PK20. Les vaillants soldats boivent une eau impropre à la consommation, une eau qui dégage de l’odeur nauséabonde, une eau jaunâtre ou blanchâtre. Cette eau est puisée dans les puits de fortune car aucune solution ne se présente malgré les alertes remontées à qui de droit.

« Regardez l’eau que vos militaires boivent ici…Les gens qui vous sécurisent, voilà ce qu’ils boivent. Allez demander aux bonnes volontés de nous envoyer ne fût-ce que du chlore. Mais on aurait voulu que l’on vienne nous creuser des puits pur nous. Il y a de l’eau. Nous, on sécurise la population, on ne sait pas faire autre chose Il y a même l’enfant d’un militaire qui est mort à cause de cette situation », se lamente un autre militaire de rang

Il y a entretemps plusieurs malades alités au poste de santé militaire de fortune construit sur l’axe. Absence des produits pharmaceutiques, absence des matériels et équipements, même des lits pour malades, une petite officine pharmaceutique est dans le village et n’a pas une bonne capacité, voilà les conditions qui requièrent l’attention des autorités.

L’armée garde sa force

Le Commandant du 3310ème régiment qui fait du bon travail sur cet axe est rassurant et constant.

« On est là, il y a de quoi se réjouir comme la population nous fait confiance. Les difficultés ne manquent jamais, on est l’armée, on fait avec. Mais les malades, ils nécessitent une prise en charge adéquate…On se réjouit que vous soyez venus nous voir jusqu’ici. Votre perception sur le retour de la paix sur cet axe nous encourage. Les comprimés apportés nous disent beaucoup… », s’est enthousiasmé Colonel OMBENI Copernic, commandant du 3310ème régiment des FARDC.

Quoi qu’il en soit, la DYFEGOU a entrepris une série des contacts auprès des autorités ainsi que des entreprises intervenant dans le secteur de l’eau pour une solution urgente. A court terme, il faut des bouteilles d’eau pour les militaires malades, du chlore pour purifier l’eau des puits. A moyen terme, mais dans l’urgence, il faut construire des puits améliorés dans chacune des positions des FARDC et urgemment aux positions PK16, PK17, PK18, PK19, PK20. Il faut aussi doter le poste de santé militaire de cet axe des produits pharmaceutiques ainsi qu’y détacher momentanément un médecin traitant pour sauver la situation.

Jack Maliro Katson

CellCom DYFEGOU

Please follow and like us:
0
fb-share-icon20
20
Pin Share20

dyfegou

Related Posts

La campagne de Surveillance Sécuritaire à base Communautaire lancée par la DYEFGOU, en quoi consiste-t-elle ?

La campagne de Surveillance Sécuritaire à base Communautaire lancée par la DYEFGOU, en quoi consiste-t-elle ?

A Beni, venez écouter le Président ce mercredi 16 juin! (DYFEGOU)

A Beni, venez écouter le Président ce mercredi 16 juin! (DYFEGOU)

Paix à Beni : La DYFEGOU fait part des « résultats positifs » de sa mission de plaidoyer à Kinshasa

Paix à Beni : La DYFEGOU fait part des « résultats positifs » de sa mission de plaidoyer à Kinshasa

Paix à l’Est de la RDC : La DYFEGOU satisfaite de sa mission de plaidoyer à Kinshasa (Point de presse)

Paix à l’Est de la RDC : La DYFEGOU satisfaite de sa mission de plaidoyer à Kinshasa (Point de presse)

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *